Haiyin* a émigré de Chine en Californie aux États-Unis en 2003. Elle possède une éducation de niveau secondaire. La mère de 60 ans a quitté sa province du Guangdong pour que son enfant puisse étudier aux États-Unis.

En Chine, Haiyin travaillait dans un bureau. Aux États-Unis, elle a travaillé auprès d’enfants et dans une usine d’album de photos qui a fait faillite. Elle travaille à présent pour trois clients en soins à domicile à San Francisco. Elle cuisine, nettoie, accompagne les clients lors de rendez-vous médicaux, et les aide à aller à la toilette.

Haiyin a commencé à travailler dans les soins à domicile parce qu’elle ne trouvait aucun travail ailleurs.

Elle considère que de donner des soins à domicile est un travail stressant. Ses deux clients précédents sont décédés, la laissant sans emploi pour une période de temps. Certains de ses clients la traitent mal. Elle n’aime pas travailler 365 jours par année, mais elle craint que les employeurs ne préfèrent son remplaçant et la licencient.

Haiyin croit que son syndicat l’aide à gagner un meilleur salaire et à obtenir de meilleurs avantages sociaux, mais elle dit que le celui-ci ne peut intervenir lors de disputes entre les clients et le travailleur. C’est qu’il n’a pas l’autorité pour négocier avec les clients.

*Le nom est un pseudonyme. Avec tous nos remerciements à la personne interviewée. Profil basé sur une entrevue pour le sous-projet de Cynthia Crawford «Marché du travail immigrant pour le travail de soins personnels », qui fait partie du projet Genre, migration et le travail de soins d’assistance. La photo utilisée ne représente pas la personne interviewée.

HAIYIN

Auxiliaire en soins de santé à domicile

60

ans

365 

Jours de travail par année

10 Ans

À travailler en soins à domicile

11,50$

l’heure

1000$

par mois