Proj descript Mahon and FishPlusieurs problèmes pratiques, financiers et psychologiques peuvent survenir chez les travailleurs de soins d’assistance du fait d’avoir laissé derrière eux leur pays d’origine et leur famille dans le but de trouver du travail. Tous ces problèmes peuvent être d’autant plus aggravés par leur statut d’immigrant sans papiers.

Toujours est-il que ni les pays d’origine ni les pays d’accueil ne parviennent à répondre de manière adéquate aux besoins complexes de ces travailleurs migrants, besoins dont les origines traversent les frontières nationales.

Pour ces raisons, les organisations internationales telles l’OIT (Organisation internationale du travail), l’ONU (Organisation des Nations Unies), la banque mondiale, et l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) pourraient potentiellement jouer un rôle plus important. Ils peuvent fournir des mécanismes de notification, des standards en matière de droits de l’Homme, et des cadres règlementaires.

Ce projet s’intéresse au rôle des organisations internationales en ce qui a trait à la prestation de soins par des migrants. Comment ces organisations conçoivent-elles la prestation de soins par des migrants, et comment ont-elles œuvré en coopération ou en concurrence afin de « gérer » les soignants migrants ? À quel point leurs interventions et leurs standards s’avèrent-ils efficaces ?

Dans ce projet, Rianne Mahon étudie la gouvernance internationale du « haut en bas ». Elle s’intéresse aux Histoires et au contenu des discours et des politiques des organisations internationales concernant les soignants migrants. Elle effectue l’analyse de documents et interviewe des informateurs clés. Jennifer Fish, quant à elle, supervise et analyse les effets des organisations internationales du « bas vers le haut ». Elle examine leurs effets sur les travailleurs migrants et sur les groupes de société civile qui les représentent.

 

directrices

  • Rianne Mahon
  • Jennifer Fish

Collaboratrices

  • Nicola Piper
  • Eileen Boris

Partenaires

  • Migration Policy Institute, ONU Femmes, les Nations Unies, Organisation internationale du travail (OIT)

étudiantes et associées

  • Sarah Rose Taylor
  • Masaya Llavaneras-Blanca
Voir les recherches